Le Credo du Plan Marnix

Autres langues : allemand - anglais - arabe - bulgare - catalan - espagnol - grec - italien - néerlandais - portugais - roumain - turc

1. A Bruxelles, apprendre les langues est encore plus important qu’ailleurs, mais ce devrait aussi être plus facile. A condition de savoir comment s’y prendre et de prendre plaisir à s’entraider.

2. Pouvoir parler le français, le néerlandais et l’anglais ne peut pas rester le monopole de quelques uns, mais doit devenir l’atout commun de tous les Bruxellois, quels que soient leur milieu social et leur langue maternelle.

3. Il n’y pas de honte à utiliser une langue qu’on ne parle pas bien. C’est ainsi qu’on l’apprend et qu’on l’entretient.

4. Chaque jour à Bruxelles peut et doit être l’occasion pour chacun de nous d’améliorer un peu nos langues et d’en aider d’autres à améliorer une des leurs.

5. L’apprentissage des langues n’est pas un jeu à somme nulle : en apprendre une nouvelle ne réduit pas notre connaissance de celles que l’on connaît déjà.

6. Il n’est jamais trop tard pour apprendre une nouvelle langue. Jamais trop tôt non plus : nul besoin de maîtriser pleinement une langue avant de commencer à en apprendre d’autres.

7. Le cerveau de nos enfants est parfaitement capable d’apprendre simultanément plusieurs langues. L’apprentissage précoce permet dès lors d’épargner plus tard beaucoup de temps, de peine et d’argent. Mais pour qu’il réussisse pleinement une stratégie bien réfléchie est nécessaire à la maison comme à l’école.

8. Si les parents ont une langue maternelle différente de la langue de l’école de leurs enfants, il importe qu’ils apprennent celle-ci. Mais pour communiquer avec leurs jeunes enfants, il vaut généralement mieux que chaque parent parle aussi systématiquement que possible la langue qu’il parle le mieux, donc le plus souvent sa langue maternelle. Transmettre sa langue maternelle à ses enfants est l’un des plus beaux cadeaux qu’on puisse leur faire.

9. Les medias audiovisuels et l’internet sont des outils fabuleux pour l’apprentissage des langues, mais seulement si on en fait un usage judicieux.

10. Parler la langue de l’autre n’est pas une humiliation mais un privilège, un témoignage de respect et une opportunité.